A quel âge pouvez-vous prendre votre retraite ?

Dernière mise à jour : 19 déc. 2021

Pour votre départ à la retraite, vous devez déterminer trois âges pivots : l'âge légal (à partir duquel vous avez le droit de prendre votre retraite), l'âge du taux plein qui permet de partir sans abattement, l'âge de la mise à la retraite d'office qui permet à l'employeur de mettre son employé à la retraite.


L’âge légal du départ à la retraite


Pour pouvoir partir à la retraite, vous devez atteindre un âge légal qui dépend de votre année de naissance.

Date de naissance

Age légal

Avant le 1er juillet 1951

60 ans

Du 1er juillet au 31 décembre 1951

60 ans et 4 mois

En 1952

60 ans et 9 mois

En 1953

61 ans et 2 mois

En 1954

61 ans et 7 mois

A partir de 1955

62 ans

Vous n'avez donc pas besoin d'avoir validé un nombre de trimestres précis pour partir à la retraite. Néanmoins si vous n’avez pas acquis un nombre de trimestres suffisant, votre retraite fera l'objet d’une décote qui viendra diminuer son montant.


Par ailleurs, dans certaines situations et sous conditions, vous pouvez anticiper votre départ avant l’âge légal : carrières longues – handicap ou encore pénibilité.


Cas particulier des fonctions publiques


Pour pouvoir partir à la retraite, vous devez atteindre un âge légal qui dépend de votre année de naissance en fonction de votre catégorie d'emploi : sédentaire ou active.

Fonctionnaire de catégorie sédentaire


Vous devez remplir au préalable une condition de durée de services effectifs civils et militaires de 2 ans pour pouvoir prétendre à une retraite de fonctionnaire.

Votre âge légal de départ sera déterminé selon votre date de naissance


Fonctionnaire de catégorie active


Vous devez remplir au préalable une condition de durée de services effectifs civils et militaires entre 15 et 17 ans en fonction de votre année de naissance pour pouvoir prétendre à une retraite de fonctionnaire.


Si vous ne remplissez pas ces conditions, vous devez engager une procédure pour rétablir vos cotisations auprès du régime général et à l'Ircantec, afin de faire valoir vos droits de fonctionnaire.


Si vous quittez votre emploi suite à une démission, un licenciement, un abandon de poste et qui vous ne justifiez pas d'un nombre minimum d'années de services civils et militaires, vous n'avez pas le droit à une pension du régime des fonctionnaires. Dans ce cas, vous devez rétablir vos cotisations auprès du régime général et de l'Ircantec.


L’âge de la retraite à taux plein


Atteindre l'âge de départ légal n'est pas la seule condition pour obtenir votre retraite calculée au taux le plus favorable. S’il vous manque des trimestres, il vaut mieux attendre l’âge du taux plein, autrement dit l’âge d’obtention automatique du taux plein.


En effet, même si vous n’avez pas tous vos trimestres, vous ne subirez pas de décote sur le taux si vous partez à compter de cet âge. Le montant de votre retraite sera tout de même proportionnel au nombre de trimestres acquis par rapport à la durée exigée.


L’âge du taux plein est toujours équivalent à 5 ans de plus que votre âge légal de départ.


Si vous êtes salarié, avoir le taux plein ne veut pas dire que vous ne subirez pas le malus ARRCO/AGIRC.


Depuis le 31 décembre 2016, les régimes complémentaires CARMF et ASV des médecins libéraux n’appliquent plus de conditions de départ en retraite à taux plein différentes.


Le taux plein est également délivré aux personnes qui ont moins de 67 ans et qui n’ont pas cotisé le nombre de trimestres requis mais qui ont été déclarées inaptes au travail, en invalidité ou qui perçoivent l’Allocation Adulte Handicapé (AAH).


Cas particulier des indépendants relevant de la CIPAV


La notion d'âge de taux plein n'est comprise que pour le régime de base (la CNAVPL). Le régime complémentaire, la CIPAV, ne s'appuie pas sur le nombre de trimestres acquis pour délivrer sa pension de retraite à taux plein. Il suffit en effet d'avoir 65 ans. Dans le cas contraire une décote s'applique (1,25% par trimestre manquant jusqu'à 65 ans).


L'âge de la retraite d'office ou l'âge de limite d'activité


Pour les salariés : la règle de la retraite à 70 ans


Entre l'âge de taux plein automatique et 70 ans, l'employeur doit adresser une demande au salarié 3 mois avant sa date anniversaire et obtenir son accord pour une mise à la retraite. S'il la refuse, l’employeur doit attendre l'année suivante pour renouveler sa demande.


Si le salarié est toujours en activité à l’âge de 70 ans, et s’il n’a pas manifesté la volonté de faire valoir ses droits à la retraite, l’employeur peut le mettre à la retraite d’office. Cette mise à la retraite n’aura pas de conséquence sur le taux plein puisque ce dernier est acquis dès que l’âge du taux plein est atteint.


Pour les fonctionnaires


Le fonctionnaire de catégorie sédentaire qui atteint la limite d'âge doit cesser son activité et demander sa pension de retraite. La limite d'âge varie en fonction de sa date de naissance.


La limite d’âge est l’âge au-delà duquel le fonctionnaire ne peut plus continuer à exercer ses fonctions. Elle est déterminée en fonction de votre année de naissance, du grade ou de l’emploi occupé par le fonctionnaire.


Toutefois, le fonctionnaire qui a atteint sa limite d’âge et qui souhaite être maintenu en activité peut bénéficier :

  • d’un recul de limite d’âge pour enfants,

  • d’une prolongation d’activité pour carrière incomplète,

  • d’un maintien en fonction pour direction.

Le fonctionnaire doit être en activité (hors congé longue maladie, hors congé longue durée et hors mi-temps thérapeutique) à l’atteinte de la limite d’âge pour bénéficier d’une prolongation d’activité.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Régulièrement nos experts condensent l'actualité. Vous abonner c'est vous donner un moyen supplémentaire de rester informé sur le fonctionnement de votre retraite.

Merci de votre intérêt.