Vous êtes indépendant ou profession libérale, et vous commencez à vous interroger sur votre retraite ? Vous avez besoin de mieux connaître vos droits ? Nos experts vous disent tout sur la retraite des professions libérales.

Articles pédagogiques, études de cas, témoignages clients : voici quelques éléments de réponse pour aborder sereinement cette étape importante de votre vie. La retraite des professions libérales se compose d’une retraite de base et d’une ou plusieurs retraites complémentaires obligatoires. Les règles concernant la retraite de base sont communes à toutes les caisses professionnelles, sauf à celle des avocats. En revanche, les règles des retraites complémentaires varient d’une caisse à l’autre.

RETRAITE DE BASE : UNE CAISSE COMMUNE, LA CNAVPL

Tous les libéraux, hormis les avocats, dépendent de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales (CNAVPL) pour leur régime de base. En effet, la loi du 21 août 2003 a unifié les différents régimes sous la forme d’un régime proportionnel à points. Par ailleurs, depuis le 1er janvier 2004, le calcul des cotisations est le même que l’on soit notaire, médecin, pharmacien, conseil et il permet d’acquérir les mêmes droits à la retraite. Les conditions d’accès à la retraite à taux plein sont les mêmes que pour le Régime Général ou le RSI. A défaut, l’abattement est de 1.25% par trimestre manquant, soit pour atteindre l’âge du taux plein, soit pour atteindre le nombre de trimestres de la durée de référence.

Direct Retraite

Découvrez notre Expertise retraite, la meilleure approche pour vous conseiller sur votre retraite. En savoir plus >

RETRAITE COMPLÉMENTAIRE : DES CAISSES PAR MÉTIERS

Chaque section professionnelle gère son régime complémentaire de manière autonome. Bien qu’ils soient tous des régimes par points, ils présentent des différences importantes sur :

  • La valeur du point.
  • L’âge minimal de départ.
  • L’âge du taux plein.
  • La détermination de l’abattement éventuel.

Selon la section professionnelle, la retraite complémentaire obligatoire peut être constituée d’une, de deux, voire de trois pensions.

Vous avez travaillé à l’étranger ? Vous pensez peut-être à tort que ces périodes sont perdues. Les années passées à l’étranger peuvent compter dans la durée d’assurance totale s’il existe un accord ou une convention avec la France. Pensez à signaler vos périodes d’expatriation à votre caisse de retraite française.

Contactez un expert retraite